Retrouvailles,

lecture «pulsée» à la Maison des Métallos, 2018

«Bah je sais pas si t’avais compris, mais en gros l’an- née dernière j’ai pôle emploi qui m’a payé une formation pour être prof d’histoire. Alors comme le collège était pas loin de chez mes parents, je me suis dit que c’était une bonne idée de retourner vivre chez eux. Du coup je voyais plus mes potes, les seules per- sonnes adultes que je cotoyais à cette période c’était mon père, ma mère, ma conseil- lère pôle emploi et la prof de chimie quand je faisais une pause en salle des profs.»

«La dernière fois j’étais dans un café et là je vois qu’ils font du coca bio à 14 euros. J’ai dit au serveur qu’à ce prix là je préfère largement continuer à niquer la planète ! »

«Je rêve d’entrecôte depuis quelques jours, ça devient grave. Ras-le-bol des pâtes putain, et peu importe la sauce! Dès que je touche mon chômage, je fonce à la boucherie!»

«Ma soeur elle est sur un pro- jet en ce moment, elle veut or- ganiser des concerts avec une fanfare et des choristes. C’est un gros truc, au total ils sont genre 30 ou 40 ou 100 je sais plus. Bref, ils sont beaucoup quoi. Moi je lui ai dit que sa fanfare c’était bien gentil mais les gens qui vont écouter des fanfares, de nos jours, bah ça existe plus trop quoi.»